Voyage à Strasbourg: L’Affaire Makropoulos, Leoš Janáček

Samedi 9 Avril 2011, 09:00 - Dimanche 10 Avril 2011, 00:00
  • Départ en car de Genève le samedi à 9 h, arrivée à Strasbourg vers 13 h.
  • Après-midi libre, logement à l’Hôtel du Cerf d’or
  • Dimanche matin libre, représentation à 15 h, durée 2 h. environ, retour après le spectacle
  • Coût membre de l'association : CHF 320.- en chambre double, CHF 360.- en chambre individuelle
  • (supplément pour les non membres : 40.-)
  • Prix incluant voyage en car, hôtel avec petit déjeuner, transfert à l’Opéra, billet pour le spectacle (catégorie A) et collation pendant le voyage du retour. Non compris les repas.
  • Nombre de places limité (30 max.)

Le Grand Théâtre de Genève, sous la direction de Jean-Marie Blanchard, avait programmé un cycle Janáček, où a pourtant manqué ce chef-d’œuvre fascinant qu’est l’Affaire Makropoulos. Il nous a semblé essentiel de combler cette lacune en organi-sant ce voyage. D’abord parce que l’œuvre est passionnante, ensuite parce que l’Opéra du Rhin en présente une nouvelle production – avec Cheryl Barker, Charles Workman et Guy de Mey dans les principaux rôles – et que la direction musicale de Friedemann Layer (qui a dirigé chez nous Fidelio, Elektra, Cosi et plusieurs concerts) et la mise en scène de Robert Carsen (à Genève Macbeth, Faust, Mefistofele, Lohengrin, Capuletti e Montecchi, Hänsel et Gretel) nous paraissent de vraies garanties de qualité, enfin parce que deux demi-journées et une soirée libre permettront de visiter la ville, sa célèbre cathédrale, son quartier pittoresque de la Petite France…

L’héroïne de cette histoire a 337 ans… et est pourtant toujours restée jeune et belle, grâce à un élixir que son père médecin a expérimenté sur elle. Elle a mené plusieurs vies successives, dans des pays et sous des noms divers. Elle exerce sur les hommes une séduction intacte. Comme l’effet de l’élixir vient à son terme, elle recherche désespérément la formule secrète qui permettrait d’en renouveler l’effet… Mais la jeunesse éternelle ne finit-elle pas par lasser ? Ne peut-on supporter de vivre que si l’on sait que l’on doit mourir ?

Fichier attachéTaille
circulaire_makropoulos_strasbourg-910avril-2011.pdf50.25 Ko

Formulaire de contact