I Capuleti e i Montecchi

Titre original: 
I Capuleti e i Montecchi

Dans ce chef-d'oeuvre de l'opéra romantique italien (1830), le rôle de Roméo est chanté par une femme en travesti. Berlioz s'est beaucoup moqué de ce qui lui paraissait comme une absurde invraisemblance. Il oubliait que Bellini ne fait qu'être fidèle à la tradition de l'opéra seria du siècle précédent, où le jeune amoureux est toujours confié au "primo uomo", c'est-à-dire au castrat, et que, comme encore chez Rossini, le confier à un mezzo soprano en travesti, c'est être plus sensible au timbre vocal qu'à l'apparence physique. C'est d'ailleurs grâce à cette couleur-là - et au pur génie mélodique du compositeur - que la voix de Roméo révèle toute la jeunesse et la tendresse du personnage.

A ceux qui trouveront que Shakespeare ne se reconnaît guère dans cette intrigue (pas de coup de foudre, pas de scène du balcon, pas de mariage secret...), rappelons que le livret de Felice Romani ne lui doit rien : il remonte à des sources italiennes antérieures à la pièce shakespearienne.

P.M.

Conférence(s) sur I Capuleti e i Montecchi