La Belle Hélène

Compositeur: 
Jacques Offenbach

Ces Rois remplis de vaillance, -plis de vaillance, -plis de vaillance, les voilà qui font leur entrée, les deux Ajax, le bouillant Achille, Aga-Agamemnon, sans oublier Ménélas, l’époux de la reine, poux de la reine, poux de la reine…

Le ton est donné : les héros de la Grèce sont traités avec tout l’irrespect qu’il faut pour que la mythologie ressemble plus au Paris du Second Empire qu’à Homère et pour qu’elle renvoie sa propre image à la société du temps. Après Orphée aux enfers, les facétieux librettistes Meilhac et Halévy bousculent tout autant l’Antiquité et Offenbach transforme leurs blagues de potaches en opéra bouffe où ce terme n’a jamais mieux mérité son adjectif. Depuis le triomphe de 1864, on se laisse toujours prendre à ces mélodies charmantes, à cette verve et à cet entrain.

PM

Conférence(s) sur La Belle Hélène